add_filter('wp_nav_menu_objects', 'hide_shop_menu_item', 10, 2); function hide_shop_menu_item($items, $args) { // Vérifie si l'utilisateur n'est pas connecté if (!is_user_logged_in()) { // Parcourt tous les éléments de menu foreach ($items as $key => $item) { // Vérifie si l'élément de menu correspond à la page de boutique WooCommerce if ($item->object == 'page' && $item->title == 'Boutique-club') { // Supprime l'élément de menu unset($items[$key]); } } } return $items; }

ATHLE NORDIK TRAIL EN PROVINOIS

LA PLANIFICATION

Nombreuses sont les courses auxquelles on souhaite participer lors d’une saison. Entre la floraison des trails, les courses sur routes, les cross, la piste une saison peut par conséquent vite devenir débordante.

Si l’on souhaite se préserver, voire être performant il est important de décomposer notre saison en plusieurs parties. Donc de définir des objectifs plus ou moins prioritaires.

1 Les Objectifs principaux

Eléments déterminants de votre saison, ils nous serviront surtout de piliers autour desquels viendront se placer les cycles de préparations correspondants. On peut déterminer 2 à 3 objectifs principaux au long de la saison.

Il conviendra d’y intégrer des périodes d’affûtage pré objectif et de récupération post-objectif. Ils composeront par conséquent nos pics de formes.

Par exemple : Un marathon de printemps puis un trail de montagne de 60 km au cours de l’été, et un second marathon à l’automne. 3 pics de forme dans la saison.

2 Les Courses préparatoires.

Ce sont les courses qui vont nous servir de points de repères en vue de nos objectifs, Judicieusement placées (3 à 4 semaines avant l’objectif en général) Elles permettront de nous situer par rapport à notre préparation.

Par exemple : Un semi marathon couru 3 semaines avant en préparation d’un marathon.

3 Les courses annexes

Ces courses n’interviennent pas comme préparation ou comme objectifs. Là pas d’autre ambition que de prendre du plaisir avec les copains, pour faire le lièvre, en laissant filer le chrono On veillera cependant à ne pas la placer trop près d’un objectif.

4 Les périodes de repos

Autre élément essentiel dans la saison et certainement trop souvent négligées, les périodes de repos. Si vouloir être performant toute l’année en termes d’objectifs sera impossible. De même maintenir une charge d’entraînement haute tout au long de la saison de peur de perdre les acquis sera illusoire. Au contraire non seulement sur le plan sportif mais aussi sur le plan mental, une certaine lassitude risque de s’installer. En particulier après un objectif important (réalisé ou non ) ou l’on a mené le corps à un pic de forme et par conséquent à une charge de travail importante.

Après vos 3 objectifs vous pouvez vous accorder 8-10 jours de relâche afin d’assimiler et de digérer cette charge de travail. De même lors de vos cycles d’entraînement veillez à prévoir des semaines allégées.

En pratique comment ça se passe ?

Un exemple de planification annuelle.

Dans le tableau ci-dessus on peut retrouver les différents éléments de notre saison.

En vert : Les périodes de coupures qui font suite aux objectifs

On peut voir en Bleu les semaines allégées

Le rouge : Le plus important Les objectifs principaux

En orange : Les objectifs préparatoires

Les périodes Jaunes sont les semaines de développement (VMA , SEUIL, COTES,…)

Dans le cas présent cela nous donne:

Premièrement 3 courses objectifs annuelles.

Deuxièmement 30 jours moyen de coupure post objectifs.

On pourra placer des courses annexes entre les cycles de préparation d’objectifs comme les cross par exemple qui seront des séances de développement musculaires et aérobie.

La planification des cycles de préparation aux objectifs principaux sera d’environ 8 à 10 semaines. Ces parties appelées mésocycles s’inséreront dans le macrocycle annuel.

Exemple détaillé de mésocycle en vue d’un objectif.

Dans le mésocycle nous retrouverons des microcycles qui se découperont sous forme de semaines le plus généralement. Ainsi si lors d’une préparation marathon le pic de forme semble arriver trop vite, il peut être judicieux de placer un microcycle d’une semaine allégée par exemple afin de ne pas arriver prêt trop tôt dans la saison.

En conclusion

On l’a vu, réfléchir à sa saison et à son déroulement dans le cadre d’objectifs réussis est plus complexe qu’il n’y paraît. Ne soyons pas trop exigeants avec nous-même et apprenons à laisser du temps à notre corps d’assimiler et de répondre aux sollicitations que nous lui imposons.

Vous pouvez retrouver la vidéo du sujet ici https://youtu.be/PniIAj-v2Ro

Tof

Bibliographie:

Objectif STAPS: Physiologie de l’exercice physique, entrainement et santé . Christine Le Page

Anatomie physiologie neurosciences du sport et entraînement. Charles Martin Krumm

Préparation aux diplômes d’éducateur sportif TOME 1 . Jean ferré & Philippe Leroux

L’entraînement en course à pied . Bernard Brun